[NOASM] Iceberg droit devant

Si comme le disait si bien Rose DeWitt Bukater dans Titanic, le coeur d’une femme n’est qu’un océan de secrets, celui d’un supporter de l’AS Monaco n’est qu’un océan de souffrance. Les matchs s’enchaînent, et les défaites aussi.
Notre crainte à tous ? Cette date du 25 Mai 2019 à Nice. Quoi de plus humiliant que de jouer son rival lors d’un match pouvant tout bonnement nous envoyer en Ligue 2 ?
Prions pour que ce jour ne compte pas. Nous ne ferons pas de résumé d’après-match ce soir car il ne sert à rien de tirer à balles réelles sur une ambulance aux pneus crevés. Le conducteur est éreinté et cherche à trouver quelle est la voie la moins endommagée, l’aide-soignant dit à son malade que tout va bien se passer sans s’apercevoir que le malade en question est déjà mort. Alors certes, ne comparons pas la mort d’un homme à une situation sportive mais la situation est des plus critiques. Que faire ? Personne n’a la solution et il n’est pas encore l’heure du bilan. Celui-ci sera certainement sanglant mais il n’est pas venu le temps de le faire. Aujourd’hui l’AS Monaco FC a deux rencontres pour sauver ce qui peut encore l’être afin d’éviter un fiasco total. Certainement le plus gros fiasco de l’histoire de notre club. Si le titre de cet article est une citation bien connue d’un des plus grands films américains, c’est tout simplement car l’iceberg est en vision, que tout le monde l’observe mais que malgré tout le navire file tout droit vers ce bout de roche qui nous mènera au naufrage. Si les joueurs, si le coach restent ainsi, avec des passe-droits envers des joueurs tout bonnement honteux (Big-Up à notre champion du Monde), si les joueurs ne jouent pas avec le couteau entre les dents, alors rien ne changera et nous reviendrons là où l’ère Russe à commencée, en Ligue 2. Il est déjà historique de pouvoir se dire que la relégation n’est pas acquise de manière certaine en comptant seulement 33 points en 36 journées. La chance est là, il faut la saisir. L’heure n’est pas à pleurer, pas non plus, je le répète, à faire le bilan. L’heure est à supporter ce qui peut encore l’être et à se donner à 1000%, que ce soit la direction, le staff, les joueurs et les supporters. Ces supporters qui étaient d’ailleurs encore présents en masse au stade des costières ce soir. Présents pour une énième humiliation. Si les joueurs, le coach et tout le club flanchent, eux méritent tout le respect qui soit. Bravo à tous ces supporters qui, malgré la situation, continuent de se donner à 1000% pour être présents et porter fièrement les couleurs de notre club. Tout cela vous honore et tout notre respect va vers vous.

Aujourd’hui, il ne reste que deux matchs, deux petits matchs dont un derby lors d’une dernière journée qui fait extrêmement peur. Deux journées pour obtenir ce qui serait un véritable miracle compte tenu de la tournure des choses. Deux matchs pour tout donner et tout recommencer. Restons mobilisés, dernière notre club et ceux qui portent notre maillot. Viendra l’heure du bilan mais faisons tout pour que cela soit le moins violent possible pour notre club.

Daghe Munegu Per Tugiu.

Un commentaire

Laisser un commentaire