Monaco n’a plus le droit à l’erreur

L’AS Monaco n’a plus vraiment le choix pour passer une fin de saison « tranquille ». Dix-septièmes du classement à égalité de points avec le barragiste, le Stade Malherbe Caen, les Monégasques sont dans l’obligation de gagner face à Amiens, seizième du championnat (et deux points d’avance).

Sinon, le club princier attendra la dernière affiche de la saison, à Nice lors du derby azuréen, pour valider ou non sa place dans l’élite… Une saison catastrophique et cauchemardesque pour tout supporter du club, qui vivait encore une année grandiose il y a deux ans lors du titre remporté par la bande de Bernardo Silva, Benjamin Mendy, Kylian Mbappé…

Cette année, rien n’a souri à l’ASM, entre les multitudes de blessés, les choix incompréhensibles de la direction ou encore les joueurs clairement pas au niveau. Il faut bien évidemment parler, aussi, des affaires autour des football leaks et du départ de Vadim Vasilyev, ainsi que le licenciement de Leonardo Jardim en octobre, remplacé par Thierry Henry, un novice. Finalement, El Tactico retrouve le banc monégasque trois mois plus tard, en janvier, afin de relever l’équipe de la diagonale.


Mais rien n’y fait, cette saison est synonhyme de souffrance pour les Monégasques, et ce malgré l’énorme mercato hivernal réalisé : une dizaine de recrues est arrivée : Gelson Martins, Georges-Kevin Nkoudou, Cesc Fabregas, Fodé Ballo-Touré, Carlos Vinicius, Adrien Silva, Fodé Ballo-Touré, Naldo, sans pour autant offrir une assurance supplémentaire à l’effectif. Le mois de février débute bien et on pense, logiquement, que l’ASM va accrocher rapidement son maintien et jouer les troubles-fêtes dans la course à l’Europe (même si les adversaires sont loin devant). Et pourtant… Les joueurs de la Principauté retombent vite dans leur travers et vont vivre une deuxième partie de saison chaotique qui les amènent à se
battre, à deux journées de la fin, pour le maintien.

Et le discours de Leonardo Jardim n’est pas forcément rassurant avant d’affronter Amiens, un candidat direct, samedi au Stade Louis-II. « Nos joueurs ne sont pas habitués à jouer le maintien. Ils aiment avoir le ballon, prendre les espaces. Mais la clé numéro un pour remporter cette bataille du maintien, c’est de jouer avec la rage. Heureusement, tout dépend encore de nous. Bien sûr que la victoire doit revenir. Mais on a notre destin en
main ».


Monaco n’a pas intérêt de trembler, donc, ce week-end face à l’ASC, d’autant plus que les supporters monégasques commencent à exprimer peu à peu leur ras-le-bol. Une situation logique à la vue des prestations de l’équipe. Pourtant, selon les paris sportifs les Rouge-et- Blanc restent clairement favoris pour cette rencontre puisque la cote d’une victoire asémiste est plutôt basse (1,65), tandis qu’un nul (3,50) et une victoire picarde (4,75) semblent être inenvisageable chez les parieurs sportifs. Nul doute que Dmitry Rybolovlev, le propriétaire, Leonardo Jardim, le technicien, et toute l’équipe espèrent que les bookmakers ne vont pas
se tromper dans leurs pronostics. Quoi qu’il en soit, une descente serait catastrophique sur le plan financier, mais aussi sportif puisque une grande partie de l’effectif serait amenée à partir.

Un commentaire

Laisser un commentaire