l’ASM et les espagnols : une histoire encore à établir

Liste chronologique : F. Morientes (arrivé en 2003), Gerard Lopez (en 2005), Borja Lopez (en 2013), J. Mboula et A. Fernandez (en 2017), R. Navarro (en 2018) et donc C. Fabregas il y a peu de temps.


Parmi ces sept, on note 3 joueurs confirmés et 4 jeunes venus pour être post-formés.

Historiquement, les relations entre le club et l’Espagne ont démarré tardivement (2003), par rapport aux autres nations européennes. Sept joueurs seulement, on ne peut pas considérer ça comme une filière. Par comparaison, l’Italie, avec 15 représentants, est loin devant. Mais l’Italie a une proximité géographique et culturelle avec l’ASM que l’Espagne n’a certes pas.

Parmi les joueurs confirmés, on a eu la (grande) réussite de Morientes mais aussi l’échec (relatif) de Gerard.

F. Morientes :

Commençons par notre Nando (surnom de Morientes), que l’on n’est pas prêt d’oublier… Vous connaissez tous l’histoire sûrement. La lutte dans les derniers jours du mercato d’août 2003 pour trouver un successeur à notre avant-centre star d’alors, Nonda, salement blessé. Une luxation de la rotule avec ligaments arrachés, commis par un ex de chez nous (je tais pudiquement son nom). Stoppé 8 mois. Rideau. Mais savez-vous qu’avant que le nom de Morientes ne surgisse, les noms de deux autres buteurs vedettes de l’époque ont circulé? En effet le fin brésilien Giovane Elber (du Bayern) et le géant norvégien John Carew (de Valence) furent cités dans la presse. Aucun des deux ne fut pourtant au final l’heureux élu, parce que Nando surgit et rafla la mise. Prêté par le grand Real avec lequel il venait de passer une saison frustrante sur le banc. Pourtant avec Elber c’était assez avancé à un moment. Pour l’anecdote cet été-là, le brésilien découvrit quand même la France, à Lyon précisément. Carew, lui, ira se consoler à Rome avec l’AS Roma. Mais revenons à Nando : à l’issue du prêt, tous les supporters de l’ASM se mirent à rêver alors que le club achète définitivement l’esthète buteur espagnol… Pour X raison cela ne se fit pas, malheureusement. Le pire dans cet épilogue-là, c’est que Morientes retourna donc au Real, pour passer 6 mois de nouveau sur le banc! Quel gâchis!

Gerard Lopez :

L’histoire n’est pas la même concernant Gerard Lopez, milieu de terrain relayeur assez côté à l’époque, révélé à Valence puis starisé au grand Barça. Quand Gerard débarque de Barcelone en 2005, cela reste encore un gros coup, même si le joueur n’a joué que le tiers des matchs de son équipe la saison précédente. Ses premiers mois à l’ASM sont encourageants mais malheureusement en novembre, une rupture du talon d’Achille met un terme précoce à sa saison… Dommage, vraiment, car il aurait pu être un de nos leaders techniques. Alors il revient pour la saison suivante, 2006/2007, mais là encore des blessures successives pourrissent sa saison. Peu de matchs joués, pas d’influence possible. Il quitte Monaco alors l’été 2007 pour retourner en Espagne. Pas mal de regrets donc pour sa carrière monégasque, on se dit que seulement à cause de ses pépins physiques, on n’a pas eu l’occasion de revoir le grand Gerard qu’il était en Espagne.

Les jeunes :

Parmi les espagnols venus jeunes au club, le premier fut Borja Lopez, arrivé de Gijon en 2013, à 19 ans. Présenté comme un espoir du foot espagnol, nous avait-on dit, un jeune à faire progresser. Finalement ce défenseur partagera son temps monégasque entre la tribune, la réserve et des prêts infructueux dans des petits clubs. Il restera 2 années et demi sous contrat, pour un bilan chiffré famélique : un match en championnat et deux en coupe de la Ligue. C’est tout. Mais la surprise fut énorme en janvier 2016, de le voir signer au grand FC Barcelone ! Aurait-on raté quelque chose avec lui? Non non il sera cantonné une saison et demi dans la réserve barcelonaise (un seul match avec les pros, en Copa)… Bon, pour les curieux, notre ex-espoir a depuis 2017 finalement réussi à se caser quelque part et à jouer régulièrement : à Hajduk Split (Croatie). Tant mieux pour lui.

En 2017, le gardien Alvaro Fernandez et l’attaquant Jordi Mboula sont arrivés. Peu de choses à dire sur le jeune gardien, venu anonymement d’Osasuna. Il a passé la saison passée dans la réserve, tandis que cette saison il a été prêté en Ligue 2 espagnole (Extremadura). Notons qu’il y joue régulièrement. L’arrivée de Mboula fit davantage parler car on ne cessa alors de dire que Monaco avait chipé une prometteuse pépite au Barça. Il passa alors la première saison surtout en réserve (mais 3 matchs et déjà un but, avec les pros, en toute fin de saison). Cette saison, une grave blessure en novembre a freiné un début de saison où on lui a donné sa chance (9 matchs, sans but toutefois). On le reverra sans doute avant la fin de saison. Mais il est encore bien difficile de dire aujourd’hui si Mboula a un grand avenir ou pas.

En 2018, c’est un autre jeune espagnol qui a signé, mais avec lui on bat des records de précocité. C’est âgé de 16 ans à peine que le milieu Roberto Navarro a signé à l’ASM. Encore un joueur chipé à la réserve du Barça… Promis à la réserve monégasque bien entendu, c’est effectivement ce qu’il se passe. Pourtant il est déjà entré dans la légende du club, en jouant son premier match pro en coupe de France, le mois dernier. A l’âge de 16 ans et 8 mois! Le record du club. Mais à un tel âge, on ne peut décemment pas deviner de quoi son avenir sera effectivement fait.

(crédit photo : goal.com)

Laisser un commentaire