[histoire] Barreca et la filière italienne de l’ASM

Antonio Barreca est le 15ème italien de l’ASM depuis près de 70 ans. Dans l’ordre, le club a compté :  O. Pratesi (1949), L. Suozzi (1951), H. Alberto (1956), M. Simone (1999), C. Panucci (janvier 2001), F. Roma (2001), J. Oshadogan (2003), C. Vieri et M. Di Vaio (janvier 2006), A. Raggi (2012), G. Monachello (2013), S. El Shaarawy (2015), M. De Sanctis (2016) et P. Pellegri (janvier 2018).

 

Chiffres :

L’Italie est le pays européen qui a fourni le plus de joueurs au club, loin devant les autres ; la proximité géographique y est pour beaucoup, certes. A noter curieusement que pendant plusieurs décennies, de 1961 à 1999, la filière était complètement à l’arrêt, aucun italien ne foulait alors la pelouse monégasque.

Parmi les 15, il y a eu 3 gardiens : Alberto, De Sanctis et Roma ; 4 défenseurs : Barreca, Oshadogan, Panucci et Raggi ; aucun milieu ; et 8 attaquants (soit plus de la moitié de la filière) : Di Vaio, El Shaarawy, Monachello, Pellegri, Pratesi, Simone, Suozzi et Vieri.

Italien ayant joué le plus de matchs : Roma : 249 matchs (en 10 saisons).
Italien ayant joué le moins de matchs : Monachello : zéro match (jamais dans l’effectif).
Meilleur buteur : Simone : 44 buts.

 

Focus :

Joseph Oshadogan, un défenseur italo-nigérian arrivé à 27 ans de Cosenza (Série B), il resta 2 saisons de 2003 à 2005, pour un bilan famélique de 4 matchs joués en Ligue 1, 6 en Coupes et 1 en Ligue des Champions. Recruté dans l’anonymat le plus complet, il reparti 2 ans après en Série B dans le même anonymat. Il joua les utilités dans une saison pourtant légendaire : 2003/2004, ses coéquipiers furent pourtant alors Morientes, Prso, Giuly, Rothen etc… Alias la superbe équipe qui arriva jusqu’en finale de la Ligue des Champions. On le vit parfois sur le banc, en se demandant toujours qui il était ou comment il avait pu atterrir cet été-là dans cette formation si ambitieuse.

Gaetano Monachello, arrivé de Chypre l’été 2013 à 19 ans. Une arrivée presque anodine au milieu d’autres plus “bling bling” (Falcao, James, Moutinho etc)… Présenté alors comme un espoir, son bilan fut pourtant sans appel : aucun match joué avec l’ASM. Il sera prêté successivement au Cercle Bruges (6 mois), à Ergotelis (Grêce, 6 mois) puis à Lanciano (Italie, 1 an), avant que l’Atalanta ne l’achète l’été 2015. Il n’aura jamais fait partie de l’effectif de l’ASM durant son contrat. Aujourd’hui à Ascoli, il végète encore en Série B, tout en changeant de club tous les 6 mois (encore). A 24 ans il ne totalise que 10 matchs en Série A… Espoir déchu… Et gros loupé du club !

Christian Panucci, un défenseur international italien assez côté à l’époque, arriva à 27 ans de Chelsea en janvier 2001. Il fut l’auteur de 6 bons premiers mois où son expérience et son âme de leader firent merveille. Il était parti pour devenir un cadre de l’ASM mais l’arrivée de D. Deschamps comme entraîneur l’été 2001 changea la donne : Panucci et Deschamps ne s’entendirent pas du tout, ce qui provoqua le transfert précipité de Panucci quelques mois plus tard à Rome. Dommage…

En janvier 2006, une double arrivée à sensation marqua les esprits : les attaquants internationaux Christian Vieri et Marco Di Vaio arrivèrent ensemble. Vieri vint surtout pour se montrer afin d’avoir une chance de jouer la Coupe du Monde 2006, tandis que Di Vaio voulait se relancer après une triste demi-saison à Valence. Mais miné par les blessures et la méforme, Vieri joua peu, ne marqua pas assez, et rata au final sa chance de jouer le Mondial. Il reparti 6 mois après pour l’Italie, pour finir tranquillement sa -riche- carrière. Di Vaio, lui, joua plus, mais ses stats furent médiocres. Il resta 6 mois de plus, jusqu’en janvier 2007, mais ses stats devant le but ne décollèrent toujours pas, alors il quitta vite l’ASM pour retourner se relancer en Italie.

Stephan El Shaarawy, prêté l’été 2015 à l’ASM par le Milan AC, ne resta que 6 mois. S’il marqua 3 buts en Coupe d’Europe, il ne marqua en revanche aucun but en 15 matchs de championnat. Bilan insuffisant pour un attaquant de cette réputation, auquel on reprocha aussi un manque d’investissement pour son nouveau club. Reste “l’affaire des 24 matchs” : El Shaarawy fut au départ prêté 1 an avec option d’achat obligatoire si le joueur joue 25 matchs dans la saison. Arrivé à 24 matchs, les dirigeants et le coach semble-t-il s’entendèrent pour ne plus faire jouer l’attaquant, en attendant son départ précipité du club en janvier, car ils avaient déjà décidé qu’ils ne voulaient plus de lui… Le prêt fut alors cassé et l’italien débarqua à l’AS Rome.

 

Bilan des 11 plus récents :

Réussites : Simone (ses deux premières saisons, du moins), Roma, Raggi
Gros échecs : Vieri, Di Vaio, El Shaarawy
Enigmes : Oshadogan, Monachello
Non notables : De Sanctis (gardien remplaçant), Pellegri (post-formé)
Réussite inachevée : Panucci

Où va se situer Barreca?

Laisser un commentaire