[La Rédac’Attaque] Arbitrage, réalisme, on reprend les mêmes et on recommence

Laredacattac
C'est donc lui le meilleur arbitre français ?

Tient, ça fait longtemps que j'avais pas râlé sur l'arbitrage français, tout du moins dans un article, parce qu'il se passe pas une semaine, un match sans que je râle sur le corps arbitral, parfois à tord, souvent à raison. On va donc faire un écart sur monsieur Lannoy avant de partir sur un résumé de ce match plat. On a apprit contre Saint-Etienne qu'être le meilleur arbitre français c'est comme être le choléra au lieu de la peste, ça a rien de glorieux, bien loin de là. Parce qu'au Chaudron, c'est une pléthore d'erreurs d'arbitrages qui a dominé le match, autant pour Monaco que pour Saint-Etienne. On va commencer par les hors-jeux, la plupart du temps imaginaires (heureusement pour nous) sifflés contre les locaux, une bonne demi-dizaine au compteur, parce que c'est les erreurs qui paraissent moins flagrantes, mais encore une fois, tout est relatif. Passons donc au point d'orgue de la débilité arbitrale du match.

*Rembobinage*, on joue donc la 71ème minute, et suite à un ballon perdu par les monégasques, les stéphanois partent en contre. C'est à ce moment là que Tiémoué Bakayoko se décide à faire une petite obstruction sur un joueur qui n'avait plus rien à voir avec l'action vu que sa passe avait cassée le milieu de terrain monégasque. MAIS au lieu de laisser jouer les verts, notre sympathique arbitre décide de siffler la faute pour les locaux, fous de rage bien évidemment. Et qu'elle est la meilleure solution pour calmer les ardeurs des trompés ? La compensation bien entendu ! Résultat des courses, Baka' se prend un rouge totalement immérité et au passage, deux matchs de suspension par la LFP, tandis que Stéphane La noix vient de ruiner la fin du match. On a donc assisté à un énième gag arbitral contre Monaco cette saison, nous rappelant les mauvais souvenirs du début de saison, le beau jeu en moins.

D'ailleurs ma transition est quasiment parfaite pour parler de ce match, parce que le beau jeu a disparu comme avait disparu le beau temps cet été. Concrètement, et qu'on ose pas me dire le contraire parce que ça serait se voiler la face, on se fait chier quand on regarde jouer Monaco. C'est malheureux à dire mais c'est vrai. Il suffit pas qu'on ait la balle pour dire qu'on joue bien, ou qu'on mène je ne sais combien de contres. Le seul joueur qui a montré ce qu'est pour moi la définition du beau jeu contre Sainté, c'est Joao, et dieu sait que ce joueur me déçoit énormément, mais sur l'instant, il m'a fait parfois plaisir. A côté de ça, t'as quoi ? Un ivoirien de 2m03 taillé comme une brindille qui ne sait pas se servir de sa tête, ni de ses pieds et qui se prétend buteur en gâchant un but tout fait. On a aussi un Valère Germain balloté de gauche à droite du front de l'attaque sans jamais être positionné à sa juste place qu'est derrière un attaquant. A ce rythme là, "El Tigrou" risque de pas rester longtemps en Principauté, surtout que ses rapports avec Jardim n'ont pas l'air au beau fixe, les deux hommes ne s'étant pas salués à la sortie du joueur.
En fait notre seul secteur qui semble à peu près tenir la route, c'est la défense. Danijel, que je critique beaucoup aura fait un match correct, voir bon, parce qu'il a fait ce que j'attendais de lui, c'est à dire sortir dans les airs. Après on a toujours ce problème épineux qu'est Fabinho.. Qu'est-ce que c'est poussif... Tout ça pour dire que le coach peut bien sortir toutes ses belles paroles du genre "le groupe est pas a maturité", il n'empêche qu'on est milieu novembre, et qu'on pointe à 7 points du troisième, l'Olympique Lyonnais.

Avant de commencer la notation des joueurs, j'ai souhaité apporter plus de ... "visibilité" et de privilégier les joueurs qui le méritaient. En effet, de semaines en semaines je sors toujours la même rengaine concernant certains monégasques et c'est lassant, tout d'abord pour vous, de lire les mêmes critiques, et ensuite pour moi, de toujours écrire la même chose. C'est donc pourquoi j'ai décidé de faire un "TOP TROIS" de mes joueurs pour chaque match, en espérant que ce système vous convienne mieux.

DirarMiniatureMon numéro 1, Nabil Dirar. Ce choix peut paraitre étrange parce qu'il aura quand même souvent manqué ses derniers gestes, mais a contrario, c'est celui qui a amené le plus de danger, qui a montré le plus d'envie sur le front de l'attaque. Il a pas la technique et l'adresse dans les passes d'un Yannick, mais moi il m'a plut contre Saint-Etienne, et tant pis si je suis le seul à le penser.

 

ToulalanMiniatureMon numéro 2, Jérémy Toulalan. Bon on est habitué aux bonnes prestations du capitaine rouge et blanc, mais en plus si il marque, c'est la cerise sur le gâteau là ! Alors oui son tir est contré par Traoré, mais pour la LFP et surtout dans nos coeurs, c'est lui le buteur, notre buteur, notre sauveur. Ô captain, my captain..

 

 
BakayokoMiniatureMon numéro 3, Tiémoué Bakayoko. On va encore me prendre pour un fou, mais je le place sur le podium malgré une exclusion imméritée. J'ai grandement aimé sa première mi-temps, tout en force, en technique. Le seul bémol, c'est qu'il manque encore de précision dans ses passes, comme Kondo' mais ça va venir, et à ce moment là, on tiendra peut-être notre remplaçant à Toulalan...

 

A PROPOS DE L'AUTEUR: Benjamin G.

Fervent supporter de l'AS Monaco depuis des temps immémoriaux et amateur de football de tout horizon.

Laisser un commentaire