Une journée spéciale par Lucas B

La-Parole-aux-supporters

Aujourd'hui, nous sommes le 17 Mai 2013, je suis sur la route du retour d'un voyage scolaire en Italie, déjà 9 heures de bus se sont écoulées. Une fois réveillé et aux alentours du péage de Chanas près de chez moi, où le bus allait me déposer, j’appelle ma mère :

"- Salut Maman, le bus de Munegu Burgundy va arriver au péage de Chanas dans 30 minutes, je peux y aller s'il te plaît, c'est le dernier match de la saison, tu te rends pas comptes !

- Coucou loulou, non tu rentres tout de suite à la maison avec Laurie (la fille de la dame qui doit me reconduire chez moi une fois notre bus arrivé) et tu traînes pas.

-Ok ..."

La mère de Laurie me reconduit donc chez moi. En arrivant je suis dépité, sachant que je vais louper la plus belle ambiance de l'année au Louis II.

J'ouvre ma porte, je vois un casque de scooter sur la table, stupéfaction totale, personne de ma famille n'a de scooter hormis mon frère qui travaillait à Antibes durant la saison estivale. Je soulève le casque, il y avait un imprimé avec la photo de Germain et des billets de trains [Lyon Part-Dieu -> Nice-Ville] aller-retour. Je vous laisse imaginer la joie d'un
gamin de 15 ans qui va réaliser un de ses rêves. Je re-téléphone à ma mère en la remerciant, j'avais les larmes aux yeux, elle m'a dit qu'elle venait me chercher dans 30 minutes et que je devais
avoir un sac pas trop encombrant prêt pour passer 3 jours chez mon frère qui allait venir me chercher à la gare de Monte-Carlo à 18h. Je pars vite me doucher et faire mon sac tout en entonnant les chants que j'allais pouvoir crier en tribune ce soir.

Ma mère vient me chercher, me dit que c'est mon cadeau d'anniversaire, qui lui aura lieu le 20 mai et me demande si je suis content. Quelle question ! Bien sûr

un ami sur place de demander si Jean-Paul Chaude, le président du Club des Supporters de Monaco, pouvait faire quelque chose pour mon frère et moi. Il a même fait mieux, il nous a offert deux places, respect ! que oui, je suis l'enfant le plus heureux au monde à ce moment-là ! Elle me dépose à la gare et me souhaite un bon week-end, j'imagine qu'elle
se doutait que je ne pouvais pas passer autre chose qu'un bon week-end.
Quatre heures de train plus tard, j'arrive à la gare de Nice, là, je prends un billet de train pour rejoindre la gare de Monaco, mon frère m'y attendait, avec un gilet de l'AS Monaco qu'il venait de m'acheter. On monte sur son scooter, et nous dirigeons vers le P2 (parking du Louis II), on se dirige ensuite à la billetterie mais les autorités nous interdisent d'acheter des places en Pesage car nous n'étions pas habitants d'une commune limitrophe. Je demande donc à

20 heures, coup d'envoi, but de Germain et Touré, réduction du score de la part des Manceaux, petit stress puis le coup de sifflet final !

On envahi le terrain, on court dans tous les sens, le speaker annonce le feu d'artifice, je cours vers le point de penalty, m'assois et vide mon esprit pour apprécier le plus beau jour de ma vie... Magique !

Une fois le feu d'artifice, je me dirige en tribune honneur et une fois les joueurs partis je saute la barrière. Je me retrouve seul, entouré de stadiers, qui limitent l'espace avec leurs bras. Je prends une des bouteilles de champagne avec laquelle les joueurs et le staff avaient célébrés le titre de champion de ligue 2.
Je rejoins mon frère dans le parking, et 1h30 de scooter plus tard, les fesses ramollis, on arrive chez lui, et c'est à ce moment que je me rends compte que j'ai fait 9 heures de bus, 4 heures de train et 1h30 de scooter en 1 journée alors que j'avais l'impression que tout venait juste de commencer. Ce jour restera gravé dans ma mémoire !

A PROPOS DE L'AUTEUR: Guillaume O.

Vice-président et créateur des Munegus Cœur de France

Laisser un commentaire