[CJL] 2003 – Fin de disette

Ce jour-là par histoireasm

Nouvelle rubrique sur Liveteam-asm.com en collaboration avec le compte twitter @histoireasm et la page facebook ASMHistory. Retrouvez chaque jour sur notre site pour tout savoir de l'histoire de l'AS Monaco à chaque date anniversaire du jour. 

Que s'est-il passé à l'AS Monaco le 16 avril ?

Marseille 0 – 1 AS Monaco – 2003 – Demi-finale de la Coupe de la Ligue

23 ans que l'AS Monaco n'a plus gagné au Stade Vélodrome. Pourtant, pour se qualifier en finale, comme il y a deux ans (défaite 2-1 contre Lyon), il va falloir passer l'obstacle. Monaco arrive peut-être au meilleur moment, Marseille sortant deux défaites à domicile en championnat (0-3 contre Paris et 0-2 contre Guingamp).

La composition : Roma – El-Fakiri – Squillaci – Rodriguez – Evra – Marquez – Bernardi – Rothen – Giuly – Nonda – Prso

Un temps parfait pour jouer au football, une pelouse en bon état, et un stade rempli. Toutes les conditions étaient réunies pour un beau match de foot. Pourtant, les deux équipes ont démarré la rencontre prudemment.

Pourtant, tout n'était pas calme, et les gardiens étaient rapidement sollicités. Runje était alerté par Nonda (8e), Giuly (10e) et Prso (15e), tandis que Flavio Roma devait avoir à l'oeil Chapuis (3e) et Johansen (13e). Et l'AS Monaco montrait petit à petit le bout de son nez et prenait les choses en main, montrant de réelles intentions de jeu. Dans un grand jour, Jérôme Rothen était partout, et l'équipe récupérait de plus en plus de ballon, rendu facilement par les Marseillais. Le danger était permanent dans la moitié de terrain de l'OM et les Monégasques semblaient proches d'inscrire le premier but de la rencontre. Malgré tout, le score était toujours nul et vierge à la pause, la faute peut-être à des occasions qui s'étaient concentrées en début de rencontre et à deux équipes relativement frileuses dans le dernier geste.

Pourtant, cela ne dura pas. Dès la reprise de la seconde période, Rothen envoyait un long ballon dans la surface, que Prso, pourtant au milieu de trois défenseurs, détournait dans les buts marseillais (47e). L'attaquant croate enterrait certainement les espoirs marseillais. Le match était enfin véritablement lancé. Et en devant impérativement revenir au score, les joueurs de Marseille se découvraient et laissaient de plus en plus d'espaces dans leur dos. Rothen tentait sa chance du pied droit – chose rare pour être noté – à la 51e, avant que Prso, trop gourmand, ne rate le K.O (53e). De son côté, l'attaquant Bakayoko vendangeait littéralement deux occasions nettes coup sur coup (54e, 55e). L'AS Monaco jouait avec le feu en laissant les locaux se rapprocher des cages de Flavio Roma. L'Olympique de Marseille était volontaire, mais les Monégasques s'accrochaient et tenaient bon. Sychev reprenait une longue transversale d'Olembe et obligeait Roma à une excellente parade (84e).

Comme le rappela Didier Deschamps après la rencontre, l'équipe « est jeune, elle joue en confiance et peut compter sur de nombreux talents offensifs ». La chance a certainement joué dans le camp de l'AS Monaco ce soir, mais le résultat est tout de même là : les Rouges et Blancs vont jouer une seconde finale de Coupe de la Ligue en trois ans. La victoire au bout ?

A PROPOS DE L'AUTEUR: Meaaras

Étudiant en histoire de 23 ans. Écris un mémoire sur les athlètes dans le monde grec. @Donovan_Vlmt

Laisser un commentaire