[Débat] Subasic, Raggi… Les anciens face aux critiques

Germain-Suba

Danijel Subasic, Andrea Raggi, Valère Germain et Nabil Dirar. Quatre joueurs qui ont connu le pire avec l'AS Monaco avant de goûter au meilleur. Parfois critiqués pour le niveau, les "anciens" ont-ils l'immunité ? Ou peuvent-ils être jugés comme le reste de l'effectif ? Analyse. 

Danijel Subasic

Une grosse erreur contre Manchester City en Ligue des Champions, suivie par celle de ce samedi face à Bordeaux ont suffit à remettre en cause la place de Danijel Subasic à l'AS Monaco. Le poste de gardien de but a cette particularité : personne ne peut réparer votre bourde. Le portier croate de l'ASM en a fait les frais à deux reprises en peu de temps.

"C’est souvent comme ça cette saison en Ligue 1, tu ne touches pas un ballon pendant une heure et d’un coup un mec arrive en face à face contre toi ! Il faut rester concentrer, du coup je parle beaucoup avec mes défenseurs pour me maintenir dans le rythme." Danijel Subasic.

Avec 26 buts encaissés cette année en Ligue 1, Subasic est pourtant dans la moyenne de la saison dernière. Après 29 journées la saison passée, le portier monégasque avait encaissé 32 buts, soit déjà 6 de plus que cette année. Au total, en 2015-2016, Monaco et donc Subasic avaient pris 50 buts sur la saison. Avec seulement neuf journées à jouer, difficile d'imaginer un tel total cette année. L'an dernier la défense n'était pas la même, mais Monaco se découvrait aussi beaucoup moins que cette année.

Nombreux étaient les supporters monégasques et observateurs à s'insurger lorsque Subasic n'avait pas gagné le trophée UNFP du meilleur gardien de but en 2014-2015. Cette saison là, l'arrière garde monégasque n'avait concédé que 25 buts. Pourtant Steve Mandanda (42 buts encaissés) avait été élu à la place du numéro 1 monégasque.

Si les Trophées UNFP ne sont pas très représentatifs du niveau de certains joueurs, cela prouve bien que Subasic n'a jamais été le mauvais gardien décrit aujourd'hui. Face à la concurrence imposée (Sergio Romero, actuellement à Man United ; Marteen Stekelenburg, vice champion du monde 2010 ; Morgan De Sanctis aujourd'hui) Subasic a toujours répondu présent.

Que peut-on lui reprocher ? Plusieurs choses comme ses relances au pieds pas souvent précises, de ne pas sortir sur certains corners ou coup-francs ou de prendre trop de risques balle au pied. Aucun gardien n'est parfait, aucun joueur non plus d'ailleurs.

Des qualités mais aussi des défauts. L'international croate brille sur sa ligne, excelle dans l'exercice des tirs au but. Après cette relance manquée contre Bordeaux, Subasic doit prendre conscience que parfois il ne faut pas faire de fioritures et balancer le ballon, plutôt que se mettre en danger. La meilleure des réponses doit être celle du terrain. Face aux critiques, Subasic doit répondre sur le pré, à commencer par la réception de Manchester City mercredi. Qui a oublié l'arrêt face à Olivier Giroud au stade Louis II contre Arsenal ?

La parade exceptionnelle de Suba à la 84eme minute ! #Mur #ASMonaco #Football #ASMARS #ChampionsLeague

Une publication partagée par ASMONACO (@asmonaco) le

Andrea Raggi 

Titulaire indiscutable lors du titre de l'AS Monaco en Ligue 2, Raggi a ensuite connu la Ligue 1 et la Ligue des Champions. La grinta italienne a toujours plu aux supporters monégasques. Pourtant utilisé comme joker défensif cette saison, l'ancien joueur de Bologne a souvent déçu. Sur le côté gauche, sur le côté droit ou dans l'axe, Raggi s'est manqué sur plusieurs matchs, dont le prolifique Chambly-Monaco en Coupe de France. Les critiques à sont encontre ont parfois été justifiées.

S'il n'a sans doute plus les qualités et la forme pour passer devant Glik ou Jemerson, Raggi a prouvé en une rencontre qu'il avait encore sa place dans le turnover monégasque. Face à Manchester City, il a été le meilleur défenseur monégasque, malgré les cinq buts encaissés. Dans les matchs importants, Raggi reste un élément fort sur la pelouse mais aussi en dehors. Lors de ses neuf titularisations cette saison en Ligue 1, Raggi a participé à la victoire face au PSG (3-1), celles face à Lille (4-1) ou encore contre Marseille (4-0). Mais il était aussi présent lors de la déroute à Nice (0-4) ou à Toulouse (1-3). Du bon et du moins bon. Le moins bon étant souvent lorsqu'il n'évoluait pas dans l'axe de la défense.

Lors du match retour contre Manchester City, Raggi pourrait de nouveau être titulaire (à cause de la suspension de Glik). L'occasion de montrer qu'il a encore une carte à jouer au sein de cet effectif monégasque.

Valère Germain

9 buts, 2 passes décisives cette saison en Ligue 1. Un ratio convenable pour Germain, formé au club. Mais avec l'éclosion de Kylian Mbappé, le transfuge de l'OGC Nice semble avoir un coup de mou. En forme en début de saison aux côtés de Falcao, l'attaquant monégasque a un peu plus de mal à se montrer ces dernières semaines. S'il a marqué contre Nantes (4-0), il a été assez fantomatique contre Bordeaux ce week-end. L'entrée de Falcao a permis l'ouverture du score peu après son arrivée sur le terrain.

Pourtant Germain a toujours mouillé le maillot monégasque. Il ne devrait pas avoir de mal à passer la barre des 10 buts cette saison en Ligue 1, comme l'an dernier avec les Aiglons (14 réalisations). Si l'explosion d'Mbappé relègue le numéro 18 au second plan, il est tout de même très important dans l'effectif monégasque. Depuis le début de l'exercice 2016-2017, Germain est décisif toutes les 158 minutes, soit au moins un match sur deux. 

Avec l'absence de Carrillo, opéré cette semaine, Germain va devoir vite retrouver son efficacité.  S'il est amené à jouer contre Manchester City, un but pourrait le remettre en confiance et le rendre encore plus indispensable jusqu'à la fin de la saison.

Nabil Dirar

Souvent blessé cette saison, puis absent pour cause de Coupe d'Afrique des Nations, le Marocain n'a pas pu se montrer énormément cette saison. Pour avoir un grand Dirar, il faut un Dirar à 100%, ce qui a rarement été le cas cette saison. La faute aux pépins physiques.

Nabil Dirar (capitaine) et Bernardo Silva. © giphy AS Monaco

Avec seulement 12 apparitions cette saison, Dirar n'a pas été l'objet de nombreuses critiques. L'an dernier, pour un geste d'humeur envers les supporters, il avait fait parler de lui, en mal. Caractériel, il s'en était aussi pris à l'arbitre Tony Chapron, qui lui avait valu une lourde suspension (8 matchs) et une réprimande de la part de son club.

Lancés dans le sprint final de cette saison, les Monégasques auront bien besoin de leur milieu droit en forme pour suppléer Bernardo Silva. Il reste encore beaucoup de matchs à disputer.

 

Derniers "survivants" de l'époque Ligue 2 de l'AS Monaco, Subasic, Raggi, Germain et Dirar ont tout connu avec l'AS Monaco (ne manque qu'un titre). Pourtant, ce sont peut-être les joueurs les plus critiqués par les supporters monégasques cette saison. A juste titre ? Certainement sur quelques rencontres.

Comme tout autre individu, chaque joueur a ses périodes de moins bien, comme celles où il marche sur l'eau. Les anciens ne sont pas intouchables parce qu'ils étaient là en Ligue 2. Aucun joueur dans aucun club ne l'est, sauf peut-être Francesco Totti à l'AS Rome. Claudio Ranieri a été remercié de Leicester après lui avoir offert son premier (et unique ?) sacre en Premier League. Arsène Wenger est aujourd'hui décrié à Arsenal après plus d'une décennie à la tête des Gunners.

A Monaco, Falcao a eu son lot de critiques avant de revenir brillamment. Joao Moutinho a longtemps été la tête de turc cette saison, avant de bien se reprendre en 2017 (avec notamment son somptueux but face à Bordeaux). Les anciens doivent aussi accepter les reproches. Si celle contre Bordeaux a été sans conséquences, la bourde de Subasic contre City peut coûter cher. L'expulsion -stupide- de Raggi contre Chambly aurait pu aussi avoir d'autres conséquences. Le manque d'apport de Germain, s'il durait trop longtemps, pourrait aussi être préjudiciable.

Mais ne soyons pas ingrats ! Subasic n'a jamais été décrié sur ses premières saisons en Ligue 1, bien au contraire. Andrea Raggi a rendu bien des services les saisons passées mais aussi cette année sur les matchs où on l'attendait. Valère Germain a encore beaucoup à donner à "son" Monaco cette saison et sans doute celles à venir. Nabil Dirar doit retrouver la totalité de ses capacités pour briller comme il l'a fait en fin de saison 2015-16.

Soutenons TOUS nos joueurs dans les échéances à venir. Tous mouillent ce maillot rouge et blanc, eux depuis plus longtemps que les autres. Les erreurs passent, les émotions restent.

A PROPOS DE L'AUTEUR: Pierre Caron

@PierreCaron31

Laisser un commentaire