Ce jour-là … 25 janvier

Nouvelle rubrique sur Liveteam-asm.com en collaboration avec le compte twitter @histoireasm . Retrouvez chaque jour sur notre site pour tout savoir de l'histoire de l'AS Monaco à chaque date anniversaire du jour. 

Que s'est-il passé à l'AS Monaco le 25 janvier ?

AS Monaco 1 – 0 Nice – 2009 – 16e de finale de la Coupe de France

Un bon derby de la Côte d'Azur en Coupe de France, rien de mieux pour le spectacle. L'AS Monaco veut briser la malédiction face à son voisin, puisque le club en est à neuf matchs sans victoire à Louis II (5 défaites, 4 nuls).

La composition : Ruffier – Muratori – Simic – Müller – Modesto – Diaz – Pérez – Pokrivac – Mollo – Pino – Park

L'ASM entre rapidement dans le vif du sujet et se procure quelques occasions en début de rencontre. À plusieurs reprises, Lionel Letizi est sollicité, même s'il est rarement mis en danger. Diaz (9e) frappe le premier, puis Pino (17e, 24e et 26e), le Monégasque le plus en jambe en cette première période, trouvent le gardien niçois sur leur chemin. Entretemps, Stéphane Ruffier n'a pas eu à se déployer sur les frappes de Coulibaly (11e), qui passe largement à côté du cadre, et de Kanté (19e). Mollo (29e) et Pokrivac (38e) tentèrent leurs chances du côté de l'ASM, mais rien de tranchant. Seule la frappe de Bamogo sur un centre en retrait de Loïc Rémy à la 42e a poussé un des deux gardiens, Stéphane Ruffier en l'occurrence, à se déployer pour détourner le ballon en corner.

La seconde période voyait les Monégasques continuer à attaquer, sans pour autant inquiéter le gardien Niçois, comme ces frappes non cadrées de Pino (49e), de Pokrivac à la 51e minute et de Modesto à la 65e nous le prouvent. Et Nice commençait à se réveiller à l'heure de jeu. Loïc Rémy enroulait une frappe de son pied droit, qui passait de peu à côté (69e). Et à la 78e minute, l'attaquant niçois trompait enfin Ruffier de la tête ! Cependant, le but fut refusé, car l'arbitre, M. Auriac, sifflait une faute d'Échouafni sur Simic.

Et quelques minutes plus tard, Modesto débordait sur le côté droit et centrait pour Alexandre Licata, rentré en jeu quelques instants auparavant. L'attaquant asémiste se faufilait entre les défenseurs niçois pour placer une tête croisée. Le ballon finissait sa course au fond des filets (85e).

Face à son voisin niçois, la victoire de l'ASM fut méritée. Les joueurs niçois furent bien trop attentistes en première période, et leur réveil fut trop tardif pour inverser la tendance.

Valenciennes 0 – 0 AS Monaco (1 t.a.b à 4) – 2004 – 16e de finale de la Coupe de France

Un match très pauvre en occasions. Alors en National, Valenciennes déjoue les pronostiques et pousse l'AS Monaco à la prolongation, et même à la séance de tirs au but. Malheureusement pour les joueurs du Nord, l'expérience monégasque se fait ressentir, et le club de la Principauté repart avec la qualification, acquise au bout du suspens.

A PROPOS DE L'AUTEUR: Meaaras

Étudiant en histoire de 23 ans. Écris un mémoire sur les athlètes dans le monde grec. @Donovan_Vlmt

Laisser un commentaire